Le 17 janvier 2018

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Collectif des acteurs économiques bretons dénonce le déni de démocratie que constitue le renoncement de l’exécutif au transfert de l’aéroport de Nantes à Notre Dame des Landes.

Alors que les collectivités concernées se sont toutes prononcées en faveur du transfert, que 179 décisions de justice ont confirmé la régularité des procédures et que la population de Loire Atlantique a voté à plus de 55 % en faveur du transfert, le Collectif des acteurs économiques bretons dénonce la capitulation de l’exécutif confronté à l’occupation illégale de la ZAD.

Compte tenu de l’explosion du trafic aérien sur les aéroports de Nantes et Rennes et de la saturation 167 jours par an de l’aéroport de Nantes (contre 10 en 2011), le transfert apparaissait comme une solution évidente, de bon sens, seule à même de garantir le développement économique et social du grand ouest pour les 30 prochaines années.

Cette mauvaise décision hypothèque désormais la capacité de la France à engager d’importants projets d’infrastructures publiques.

Joël Chéritel, Chef de file du Collectif des acteurs économiques bretons pour la croissance et l’emploi, considère que cette décision risque d’affecter le développement économique et social du grand ouest, et demande aux chefs d’entreprise et aux investisseurs de tout faire pour maintenir les centres de décision et les sites de production en Bretagne et plus globalement dans l’ouest ».